Le Gain Staging

Écrit par MixCorner le 29 mai 2017, dans - Trucs et astuces - Mixage. | 312 visites pour cet article.

Lorsqu’on démarre un mix, on est souvent tenté de se « jeter » sur ces plugins préférés et rentrer dans le vif du sujet. Malheureusement, ça requiert quelques étapes préparatoires dont une très souvent négligée, le Gain Staging.

QU’EST CE QUE C’EST ?

Derrière ce terme, se cache une étape importante du processus. Le Gain Staging consiste à mettre de niveau toutes les pistes d’une session.

POURQUOI EST CE IMPORTANT ?

HEADROOM
Encore un terme anglais je sais ! Mais c’est une notion importante qui est liée au Gain Staging.
Le Headroom c’est tout simplement l’espace dont vous disposez entre le niveau max de votre mix et 0 dBFS qui est le max avant saturation en numérique et l’idée serait d’avoir environ 10 dB.

Pourtant trop souvent, on tombe sur des sessions qui d’emblée ont un niveau max très élevé donc les 10 dB se réduisent à rien ou presque. Ce problème est du à une très mauvaise habitude qui a la peau dure ; à savoir enregistrer trop fort.

Dans un contexte purement analogique, il convient d’enregistrer le plus fort possible mais il y a une raison à ça. Il faut couvrir le bruit de fond des machines et notamment des magnétos à bande qui génèrent un niveau de souffle non négligeable. Le seul moyen de ne pas entendre ces bruits parasites est d’enregistrer fort.

Au moment du passage au numérique, cette habitude est restée sauf que de nos jours, ça n’a plus de sens de faire ça. La moindre interface audio que vous trouvez en vente aujourd’hui a un niveau de bruit propre bien inférieur à celui d’un magnéto analogique très haut de gamme !
Ca ne sert donc plus à rien d’enregistrer fort car il n’y a plus de bruit à couvrir d’une part et d’autre part ça massacre votre Headroom.

Vous devez le préserver un maximum et ce pour plusieurs raisons.

MIX AÉRÉ
Pour qu’un mix sonne fluide et aéré, il faut de la dynamique. Il faut donc se garder une bonne marge entre le niveau de votre mix et notre valeur max (0 dBFS). Si d’emblée vous êtes très haut dans les niveaux, votre mix semblera totalement étouffé.

POUR VOTRE BUS MASTER
C’est à dire la sortie générale de la table de mix de votre DAW. Si tout est enregistré trop fort, il va très vite saturé. Si après avoir levé les 3 premiers faders de votre session, le bus master est proche de la saturation, vous n’aurez plus de place pour le reste, logique !
Vous allez devoir tout baisser sinon c’est impossible à mixer car votre bus master ne doit jamais saturer

NB : Dans les DAW modernes, un bus master ne produit pas forcément de distorsion audible quand il sature, alors pourquoi s’en soucier au final. Et bien parce que tant que vous êtes en interne, vous êtes dans un environnement 64 voir 128 bit qui encaisse des niveaux bien plus importants que dans le « monde réel », c’est à dire après export.

Quand vous repassez en 24 bit voir même 16 bit qui est la norme du CD, les effets de la saturation vont se faire entendre très fortement alors même qu’ils sont inaudibles dans votre logiciel préféré.

SATURATION DES PLUGINS
Si vos pistes ont trop de niveau, vos plugins vont saturer en entrée et comme vous vous en doutez il faut éviter ça à tout prix. Ca sera encore plus vrai pour les plugins émulant du matériel analogique.

SESSION HOMOGÈNE
Un gain staging correctement fait va permettre de rattraper de gros écarts de niveau entre les différentes pistes. Par exemple, il est très courant d’avoir des sessions dans lesquelles les pistes de guitares sont beaucoup plus fortes que celles des voix à réglage de faders équivalent. Ca vous oblige d’entrée à fortement baisser un certain nombre de pistes et vous allez vous retrouvez avec des faders tout en bas ce qui n’est pas optimal pour votre Workflow.

NB : Je suis sûr que ça parle à un certain nombre d’entre vous ! Le coup classique des guitares électriques qui vous explosent les tympans alors que vous n’entendez pas les voix ! ;)

ZONE DE CONFORT DES CONVERTISSEURS
Sachez aussi que plus on est proche du 0 dBFS et plus on s’éloigne de la zone de « confort » de votre matériel qui se trouve aux alentours de -18 dBFS et ça a a un impact sur le rendu final de votre travail.

CONCRÈTEMENT COMMENT ON FAIT ?

Le premier réflexe serait de baisser mais les faders mais justement ça ne solutionne pas le problème. Oui vos pistes seront moins fortes mais ça ne baisse pas réellement le niveau de la piste audio, ça baisse juste le niveau qui part vers le master de la console.

Je m’explique. Pour baisser le niveau d’une piste trop forte il faut le faire le plus en amont possible de la console de votre DAW. Hors le fader est la dernière étape dans le chemin du signal.

Parce qu’avec les faders, vous ne faites que diminuer le volume des pistes concernées mais vous ne baissez pas réellement leur niveau. Donc si vous insérez un plugin, il y aura toujours trop de niveau qui va rentrer dedans.

Pour agir en amont et réellement baisser le niveau de vos pistes, il faut utiliser un plugin de gain (ou Trim dans Pro Tools). Tous les DAW en ont un. Voici celui que j’utilise dans Logic Pro X.

Plugin de Gain de Logic Pro X
Plugin de Gain de Logic Pro X

Il semble très basique mais rudement efficace et pas seulement pour le Gain Staging !

En baissant le niveau avec le gain du plugin, là vous allez agir réellement sur le niveau. Ce plugin devra être inséré en premier pour que tous les autres plugins insérés ensuite bénéficient du réajustement de niveau. Répétez l’opération sur toutes les pistes qui en ont besoin.

A QUEL NIVEAU FAUT IL ÊTRE ?

Comme je l’évoque dans ma série d’articles « Niveaux sonores et Enregistrement », le niveau idéal est - 18 dBFS car c’est à ce niveau là (et aux alentours) que votre matériel (convertisseurs, préampli micro, etc) fonctionnent le mieux. Ce niveau devra être mesuré en RMS.

METHODE ET CONSEILS

La méthode est simple, insérez un plugin de gain sur la première piste, puis insérez un plugin de mesure pour voir votre niveau et baissez (ou augmenter mais c’est rarement le cas) jusqu’à atteindre les - 18 dBFS RMS.

Pour mesurer le niveau en RMS, je conseille FreeG (gratuit) que j’utilise moi même. Le niveau en RMS est représenté par la ligne rouge.

Niveau avant Gain Staging
Niveau avant Gain Staging

Ici, le niveau RMS est environ à -8 dBFS et les peak quasiment à 0

Niveau après Gain Staging
Niveau après Gain Staging

Après gain staging, on se retrouve environ à - 18 avec des peak à -12/13

Ensuite, voici mon approche. Vous pouvez voir les choses de 2 manières. Soit vous faites toutes vos pistes mais ça peut être assez long, soit vous vous concentrez sur le plus important pour vous par exemple les voix, et la batterie pour commencer.

Puis vous voyez au cas par cas. Chaque nouvelle piste sur laquelle vous travaillez au fur et à mesure que votre mix avance devra être mesurée et vous appliquerez le gain staging si nécessaire.

Moi la plupart du temps, je me retrouve à le faire sur l’ensemble de la session. Il arrive parfois que ce ne soit pas nécessaire …


Donc voilà pour le Gain Staging, pensez-y lors de votre prochain mix, essayez et dites moi ce qui vous en pensez dans les commentaires !
A bientôt.

MixCorner




Vous voulez réagir ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 commentaire(s)

Butot Michel Le 28/07/2017 à 23h16.

Très bon conseil et des renseignements clairs

Merci.

Michel

MixCorner Le 5/08/2017 à 01h39.

Merci à vous Michel de nous avoir lu !

Nous reprendrons la publication d’articles dès la rentrée.

A bientôt.

Répondre à ce message





Suivez nous !